Source:Répertoire des noms de famille de la Somme en 1849

Watchers
Source Répertoire des noms de famille de la Somme en 1849


Citation
Répertoire des noms de famille de la Somme en 1849.

Contents

Description

  • Titre : Répertoire des noms de famille de la Somme en 1849, publié avec le concours du Conseil Général de la Somme
  • Auteurs : René Boyenval[1], René Debrie[2], René Vaillant
  • Éditeur : Éklitra, Archives de la Somme, Amiens
  • Année d'édition : 1972
  • Nombre de pages : 232
  • Dimensions : 16 x 24 cm
  • Couverture :

Contenu

  • pages 7 à 9       : Introduction
  • page 10            : Population de la Somme en 1851 (par arrondissents et cantons)
  • pages 11 à 18   : Liste alphabétique des 832 communes de la Somme en 1851 (avec leur sigle de référence et leur nombre d'habitants)
  • pages 19 à 22   : Index des communes (nomenclature établie d'après le système adopté par Raymond Dubois)
  • pages 23 à 229 : Liste alphabétique des patronymes (avec disposition sur 2 colonnes)
  • page 231           : Carte dépliante

Étapes de la réalisation

Après la publication en 1960/1962 d'un premier répertoire départemental [3] des noms de famille en France, André Boyenval entreprit de réaliser celui du département voisin, la Somme. Il décéda avant que son travail soit abouti et que l'équipe du premier ouvrage ait pu compléter, mettre au point et déposer à l'imprimeur ce dépouillement des fiches électorales.

L'un des membres de son équipe, l'archiviste Pierre Bougard, assura la dactylographie de ces relevés et rédigea sur 6 grandes pages ses remarques sur l'"orthographe" des patronymes et sur quelques localisations douteuses. En 1968, il fit parvenir le tout, ainsi que la liste des communes explorées depuis la liste électorale de 1849 et bien entendu les 12 800 fiches manuscrites, à ses collègues des Archives Départementales installées à Amiens.

Il fut décidé de ne pas simplement stocker (et mettre en consultation pour d'éventuels chercheurs) un travail si important mais resté au stade de l'ébauche, non vérifié et validé. La reprise intégrale du dépouillement initial, l'apport d'améliorations, corrections et compléments - dans le respect absolu de l'esprit de René Boyenval - fut l'objectif.

Fiabilité

René Debrie et René Vaillant assurent dans leur introduction (page 8) avoir totalement "repris ce dépouillement en procédant aux corrections indispensables". Ils précisent (page 9) avoir dactylographié leur manuscrit, "après un pointage lent et minuteux" et qu'une troisième personne, Jeannine René Debrie, a relu avec eux "les longues listes de noms et vérifié leur report sur le nouveau fichier".

Commentaire

(Ce paragraphe est destiné à collecter les éventuelles erreurs dûment constatées et prouvées.)

Les Listes d'électeurs ne semblant à ce jour (fin décembre 2010) pas encore disponibles directement en ligne, la production d'un constat d'erreur(s) ne peut se faire que suite à une consultation directe des documents d'origine, sur place, aux AD de la Somme.

La comparaison entre ce répertoire et les recensements de l'année la plus proche (1851) ne doit pas amener à penser que l'ouvrage de Boyenval, Debrie et Vaillant est forcément truffé d'erreurs. Car ce serait oublier que :

  • avant environ 1880 et l'introduction du Livret de Famille, la graphie des patronymes n'était nullement stabilisée,
  • certains habitants devaient être recensés ailleurs que dans leur commune "habituelle", comme l'indiquent les conseils imprimés sur la première page de chaque "cahier-formulaire" de cet « état nominatif » de 1851.

Intérêt généalogique

Cette liste alphabétique permet entr'autres d'assurer un premier "débroussaillage" lors de la recherche d'un lieu de mariage ou l'origine d'un conjoint. Sa consultation a permis d'assurer le déblocage de plusieurs centaines de généalogistes amateurs.

Elle permet ponctuellement de compenser le manque cruel d'informations par les sources "classiques", dû à la destruction totale des registres d'un grand nombre de communes, lors de la Première Guerre mondiale, celles de l'arrondissement de Péronne, plus particulièrement.

Cet ouvrage propose indirectement un "matériel" utile pour découvrir ou traquer les variantes patronymiques, toujours déroutantes ou parfois insoupçonnées, particulièrement par les débutants.

Un rapide coup d'oeil sur tel ou tel patronyme donne immédiatement sa fréquence dans le département, selon l'importance de l'espace (nombre de lignes) qui lui est consacrée par page. Le patronyme Leroy, par exemple, occupe exactement une colonne entière.

Ce répertoire est par ailleurs un outil pour tous ceux qui s'intéressent à l'implantation, la répartition et le déplacement géographique des patronymes. Certains chercheurs motivés pour la sociologie (et plus particulièrement les historiens démographes) travaillant sur l'exode rural[4] et aussi[5] en plein milieu du XIXème siècle et la "Révoution industrielle"[6] y ont eu recours.

Son intérêt "très strictement généalogique" au sens le plus réductif de l'expression (« combien de lignées ? combien d'arbres ? ») n'est pas plus faible, loin de là, que certains sites internet[7] bien connus et très souvent envahis de publicité[8], visités massivement par les généalogistes et recommandés par les uns et les autres.[9]

Confort d'utilisation

Médiocre, voire pénible lors d'une utilisation intensive ou prolongée (recherche à mener pour une série de plus 5 patronymes ou 5 communes).

C'est le système de codage des communes et de renvoi incessant et systématique à la liste qui est rebutant, par le nombre de manipulations, de pages à feuilleter, d'"aller-et-retour" qu'il impose au "lecteur".

Exemples de codage

Un code commune commençant par Ab correspond à une localité de l'arrondissement d'Abbeville, donc dans l'Ouest du département.

  • Admont, Ab 172.

Les 4 autres arrondissements de l'époque sont indiqués par Am (Amiens), Dl (Doullens), Md (Montdidier) et (Péronne). L'éventuelle mention entre parenthèses derrière le code commune est celle du nombre d'électeurs porteurs du patronyme.

  • Dupuy, Ab 143 (3), 172 (3) - Dl 36 (2) - Pé 72 (2)

Notes et références

  1. René Boyenval (sélection d'ouvrages par GoogleLivres)
  2. Page "René Debrie" de Wikipédia
  3. Répertoire des noms de famille du Pas-de-Calais en 1820
  4. Exode rural, Wikipédia
  5. Exode rural dans la Somme, Wikipédia
  6. Révolution industrielle, Wikipédia
  7. Site Nobilivre
  8. Genealogie.com
  9. Site de Jean-Louis Beaucarnot

Liens externes

Fundraiser
Help fund new features!